Vos messages privés sur la mort de Johnny sont jolis (et drôles)

0
19


Sur Messenger, j’ai un groupe d’amis avec qui je parle tous les jours. On fait (beaucoup) la fête ensemble et normalement, on parle des soirées à venir. Ce matin, en lisant mes amis sur Johnny, j’ai ri. Car ils sont drôles.

 

 

En lisant ces messages, j’ai imaginé vos fenêtres à vous. Tous ces téléphones où bruissaient le nom d’un roi mort.

Pour dire quoi ? Tout et rien. Qu’on était émus, qu’on en pouvait déjà plus, qu’on avait envie de rire. On vous a demandé de nous montrer vos messages et vous nous les avez envoyés.

Papa, Maman…

Sylvie a 41 ans, sa mère 68. Sa mère et sa tante sont fans de Johnny depuis leurs 17 ans. Elles allaient le voir au moins une fois par an en concert. Elle tient à préciser :

« C’était pas des caricatures, y avait pas des photos de Johnny dans l’appart, je veux dire… »

Elle a baigné dedans toute son enfance, sa mère lui racontait les histoires. Ces concerts qui tournaient en bagarre, la fébrilité des fans. La mort de Johnny c’est donc un gros truc. 

« Les gens de la génération de ma mère, ça leur fait prendre conscience qu’elles vieillissent, c’est dur. »

Même histoire ou presque du côté de Leslie. Cette trentenaire a reçu un message d’un ami qui s’inquiétait pour sa mère.

Ce n’est pas du second degré. Sa mère était très fan.

Certains papas ont pleuré ce matin. Comme celui d’Aurélie (36 ans) qui nous écrit :

« Mon père (66 ans) est un fan de la première heure, j ai subi sa musique toute mon enfance. Je savais que le jour de sa mort serait difficile pour lui mais pas à ce point. Voilà nos échanges ce matin. »

Cindy, 30 ans, nous a aussi écrit :

« Il y a une semaine je rigolais en voyant la rumeur sur Twitter. Quand j’ai vu mon téléphone à 6h du matin avec toutes les alertes info, j’ai moins ri…
Et j’ai directement pensé à mon père, décédé il y a 10 ans pour les mêmes raisons, fan inconditionnel de Johnny. Mes frères avaient 8 et 10 ans. Du coup ce matin c’est à eux que j’avais envie de parler. »

Chez Elsa, une autre trentenaire, on chante du Johnny à Noël. C’est une tradition tendre comme « une petite madeleine » et teintée d’autodérision dans cette famille de profs.

« A 14 ans, ma mère est allée à son concert et quand il chantait « Y a-t-il quelqu’un qui veut m’aimer ce soir ? » elle hurlait « Moiiiiii, moiiiii ». C’est devenu une blague dans la famille et même s’ils n’écoutaient plus après ça reste une partie de leur jeunesse. Ils ont grandi avec Johnny. »

C’est donc à son frère Simon qu’a écrit Elsa ce matin.

Les messages émus

Jérôme (42 ans) et Céline (38 ans) sont amis. Elle n’a jamais été fan de Johnny (ses parents étaient plus Julien Clerc et Pink Floyd).

« J’ai toujours regardé Johnny de loin, un peu comme un cousin que l’on voit rarement, avec lequel on partage très peu de centres d’intérêt, que l’on moque parfois, mais dont on se soucie tout de même parce que l’on sait qu’il reste quelqu’un de bien pour les siens. »

Pour Jérôme, c’est encore autre chose :

« Des souvenirs d’enfance de vinyles et de soirées enfumées. Une certaine idée du kitsch à la française avec ses looks improbables. Mais aussi le seul artiste francophone dont les chansons sont connues aussi bien par nos grands-parents que par nos enfants »

Voici leur échange d’hier et de ce matin.

Sur Twitter Norden Gail confesse qu’elle était à deux doigts « de dire des méchancetés » quand soudain… « Ce message de l’Ado » (il a 19 ans).

Quand on lui demande l’autorisation de reproduire ce message, elle ajoute :

« Il écoute du rap, je sais pas d’où sort Johnny, hein »

Fanny, une jeune femme de 24 ans, est étonnée de sa réaction.

« Je me sens étrangement triste aujourd’hui, alors que je pensais vraiment que sa mort ne provoquerait pas de réaction particulière chez moi. « 

Elle nous envoie cette capture d’une discussion avec une amie habitant à Sydney depuis plus de six mois.

Les engueulades

Marie (un prénom d’emprunt parce qu’elle a un peu honte) nous a envoyé cette géniale conversation avec ses trois amies (toutes 28 ans). Chose amusante, elle précise :

« Je crois que c’est notre première engueulade… »

 

La fatigue

Certains d’entre vous n’en peuvent déjà plus du bruit (auquel nous participons d’ailleurs avec cet article, désolés désolés désolés).

Le jour ferié

Vous êtes pas mal à espérer tirer un profit de ce décès. Dans vos petites têtes malignes se dessine l’idée charmante  d’un jour férié.

Alexandra :

Ou encore Omayra :

La rigolade

Et puis, il y a les blagues. Dans ma propre conversation, j’en ai censuré. Celle-ci reste mignonne :

 

Nancy, 39 ans, nous a envoyé son échange de ce matin avec sa mère (59 ans).

« Juste pour situer nous ne sommes pas particulièrement fans, même si j’ai eu l’opportunité un jour d’aller le voir en concert (places données). Je n’ai jamais acheté un album. Mais nous apprécions son œuvre, certaines de ses chansons restent des incontournables. »

 

Renée Greusard



Source link

Laisser un commentaire