Tout ce que nous avons découvert sous le maillot de Ruffin

0
18


Chaque matin du lundi au vendredi, si possible à 9h15 précises, Daniel Schneidermann publie cette chronique sur les dominantes médiatico-numériques du matin. Ou parfois de la veille au soir (n’abusons pas des contraintes). Cette chronique est publiée sur le site indépendant arrêt sur images (financé par les abonnements) puis sur Rue89.

Bien joué. Après la chemise qui s’évade du pantalon, la dernière ruffinade en date, c’est le maillot de foot, fièrement arboré à la tribune de l’Assemblée. Ce maillot de l’Olympique Eaucourtois, le club d’Eaucourt-sur-Somme (80), a valu à François Ruffin une retenue d’un quart de son indemnité mensuelle de député, soit 1378 euros.

Tour Eiffel illuminée

Mathilde Larrère vient de tweeter une pétition appelant le président de l’Assemblée François de Rugy à annuler cette sanction. Cette pétition est ici (soit dit en passant, cette répression vestimentaire n’est pas une première à l’Assemblée, comme le raconte Mathilde dans une chronique inédite du DVD de ses chroniques. Comment, vous n’avez pas encore commandé le DVD de Mathilde Larrère, pour en faire cadeau à vos proches pour les Fêtes ? Dépêchez-vous. C’est ici que ça se passe).

Toujours est-il que Ruffin a réussi son coup : parler du sport amateur. Et des moyens du sport amateur, qu’il propose de renforcer, en prélevant au bénéfice du Centre National pour le Développement du Sport (CNDS) une taxe de 5% sur les transferts de joueurs qui se chiffrent en centaines de millions, avec illumination de la tour Eiffel en prime.

Il en parle bien, des bénévoles qui font vivre ce sport amateur dans les villages. Et qui lavent et plient chaque semaine les maillots des poussins. Et qui préparent la paella. Et qui en sont souvent de leur poche.

Qu’il puisse exister un alter foot, dégagé de la pollution de l’argent fou, il était venu nous en parler, dans une belle émission, avec Vikash Dhorasoo.

La ministre des sports, Laura Flessel, a retoqué cette taxe, au motif qu’il ne faut pas pénaliser les grands clubs français par rapport aux clubs européens. Elle a renvoyé la balle (pardon) à l’Europe. On connait l’argument. On pourrait taquiner Ruffin, en regrettant qu’il fasse de la pub au Bar Tabac Loto Le Salutaire qui, avec tout le respect qu’on lui doit, est tout de même un débit de boissons alcoolisées, et commercialise des jeux de grattage.

27 millions sont tombés

Mais il répondrait qu’il serait bien content que l’argent vienne d’ailleurs. L’argent, justement, parlons-en. Car une mauvaise manière peut en cacher une autre, et le maillot de Ruffin masque les jeux d’expédients d’un Etat saigné à blanc (et à qui la flat tax va encore retirer des ressources). Est-ce un lot de consolation ? Dans le même temps que le gouvernement refusait ainsi une nouvelle ressource au Centre National pour le Développement du Sport, il lui en attribuait une autre.

27 millions lui sont tombés d’on ne sait où.

Ou plutôt si, on le sait : c’est, apprend-on tout en bas de cet article du Monde, de l’argent retiré par un amendement gouvernemental au projet de loi de finances à…l’Agence de la Biodiversité. Comment ? On retire des millions aux petits poissons, pour les donner aux poussins ? C’est encore plus compliqué. L’Agence pour la Biodiversité elle-même, quelques semaines plus tôt, faisait l’objet, au contraire, d’une bonne manière du gouvernement, qui souhaitait ponctionner à son profit…les agences de l’eau, chargées de la qualité des eaux potables et de la prévention des crues. Au désespoir des élus, même des plus modérés.

Résumé d’une de nos abonnées : l’Etat dépouille les agences de l’eau pour la biodiversité, puis la biodiversité pour le sport. Etape suivante ? La voici, puisque je suis parti dans les entourloupes cachées de la loi de finances ? Si le CNDS (les plieurs de maillots) se trouve en difficulté financière, c’est aussi parce que l’Etat souhaite réduire la contribution de la Française des Jeux (l’essentiel de son financement aujourd’hui). Ce que certains lient au projet explosif de privatisation de la Française des Jeux. Tout est dans tout. Et voilà tout ce que nous n’aurions pas découvert, si Ruffin n’avait pas enfilé le maillot de l’Olympique Eaucourtois.

Remerciements particuliers au bar tabac Le Salutaire.

Pour lire la chronique sur ASI.

Daniel Schneidermann



Source link

Laisser un commentaire