Non, le Parlement suédois n’a pas parlé de «graves problèmes de santé»

0
33


Une femme se fait vacciner contre la grippe, en septembre 2016 au Texas.

Une femme se fait vacciner contre la grippe, en septembre 2016 au Texas. — Jason Hoekema/AP/SIPA

  • Le Parlement suédois a décidé en mai de ne pas rendre la vaccination obligatoire.
  • Mais ce n’est pas au nom de « problèmes de santé » ou « d’effets indésirables », comme l’avancent certains sites.
  • Bien au contraire, les parlementaires suédois estiment que « le public a une confiance élevée dans les programmes de vaccination ».

Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, envisage de rendre onze
vaccins obligatoires en France. Une position, qui, à première vue, semble être à l’opposé de celle adoptée par la Suède en mai.

Ce pays aurait rejeté la vaccination obligatoire car cela « violerait la Constitution », croit savoir le site Dans quel monde vit-on, qui écrit également que le Parlement suédois a fait référence « aux réactions indésirables graves et fréquentes » chez les enfants « qui reçoivent des vaccinations. » Selon ce même site, les élus suédois auraient aussi évoqué « de graves problèmes de santé » lorsqu’ils ont fait ce choix.

DESINTOX

Les informations du site Dans quel monde vit-on sont à prendre avec des pincettes : ses contributeurs ont déjà relayé des intox sur les vaccins. Cet article sur la vaccination en Suède est une traduction d’un article paru en mai sur le site américain Your News Wire, lui aussi
peu fiable.

Alors, quel crédit accorder à ces informations ?

Le 10 mai, le Parlement suédois a bien choisi de ne pas imposer d’obligation vaccinale. Mais les parlementaires n’ont ni évoqué de problème de constitutionnalité ni mentionné de « réactions indésirables graves et fréquentes » chez les enfants « qui reçoivent des vaccinations » pour motiver leur vote.

>> A lire aussi : VIDÉO. Vaccins obligatoires : sept polémiques décryptées

En réalité, ils ont suivi l’avis de la commission sociale, qui recommandait de ne pas modifier la législation. Cette commission indique que la couverture vaccinale « reste haute et stable » et que « les vaccins utilisés dans ces programmes [de santé publique] demeurent sûrs. »

Le taux élevé de vaccination « suggère que le public a une confiance élevée dans les programmes de vaccination et dans le personnel qui délivre les vaccins. » Une position qui rejoint celle du ministre suédois de la Santé, qui avait déjà déroulé ces arguments quand il avait été interrogé sur le taux de vaccination au mois de mars.

Plus de 97 % des enfants suédois âgés de deux ans sont vaccinés contre les maladies incluses dans le programme de vaccination des plus jeunes, selon un rapport des autorités sanitaires suédoises, rendu public en juin 2016. Les enfants
sont vaccinés contre la diphtérie, le tétanos, la polio, la coqueluche, le pneumocoque, la rougeole, la rubéole, les oreillons et l’haemophilus influenzae de type B.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les fake news. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse. Vous pouvez contacter l’équipe en écrivant à contribution@20minutes.fr.



Source link

Laisser un commentaire