L’interdiction des soins funéraires aux personnes séropositives a été levée

0
6



La levée de cette interdiction était réclamée depuis longtemps par les associations de lutte contre le sida. Elle prendra effet le 1er janvier 2018.

La levée de cette mesure jugée discriminatoire était réclamée de longue date par les associations de lutte contre le sida. Les défunts porteurs du VIH ou d’hépatites pourront désormais recevoir des soins funéraires, ce qui leur était interdit depuis 1986. Un arrêté signé de la ministre de la santé Agnès Buzyn a été publié au Journal officiel, jeudi 20 juillet. La mesure prendra effet le 1er janvier 2018.

Les soins de conservation des corps – dits thanatopraxie –, qui visent à retarder le processus de décomposition, consistent en particulier à injecter dans le système vasculaire un produit antiseptique et conservateur à la place du sang.

Ces soins étaient jusque-là interdits aux personnes décédées séropositives et atteintes d’hépatites en vertu de deux textes datant de 1986 puis 1998 par crainte de contamination.

Selon l’arrêté publié jeudi, le sida et les hépatites ont été retirés de la liste des maladies concernées par cette interdiction.

« 20 ans de combats ! »

« C’est une grande victoire dans la lutte contre la sérophobie et pour la dignité des personnes séropositives et de leurs proches », a réagit l’association Aides sur Twitter :

« Un rappel que nos luttes paient », a renchéri Act-Up Paris, qui dit toutefois vouloir rester « vigilants quand à son application par les thanatopracteurs, dont une partie est très réticente face à la fin de cette discrimination », affirme l’association.

« Après 20 ans de combats ! Les séropositifs ne sont plus discriminés après leur mort », a réagi le conseiller régional d’Ile-de-France et militant de la lutte contre le sida Jean-Luc Romero, également sur Twitter.

Macron interpellé avant son élection

Les soins funéraires de conservation des corps restent interdits dans le cas de personnes qui seraient mortes de la maladie de Creutzfeld-Jakob, de tout « état septique grave », de la rage, du choléra ou de la peste.

Juste après l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République, des associations de lutte contre le sida l’avaient interpellé pour lui demander la levée de l’interdiction.

« Trente et un ans après son instauration, vous avez, Monsieur le Président, l’occasion de mettre un terme à cette discrimination gravée dans le droit français. Nous vous demandons de la saisir, sans attendre », avaient ainsi demandé Act-Up Paris, AIDES, Sidaction et SOS Hépatites dans un communiqué commun.

Ces associations avaient souligné « qu’aucun cas de transmission du VIH à un professionnel des soins funéraires dans le cadre de son activité [n’avait] été rapporté ».



Source link

Laisser un commentaire