Levée de l’interdiction des soins funéraires pour les personnes séropositives

0
22


Attendue de longue date, la mesure, qui concerne les infections par le VIH et celles dues aux virus des hépatites, sera effective au 1er janvier 2018.

A partir du 1er janvier 2018, les défunts séropositifs ou atteints des virus des hépatites auront droit à des soins funéraires.

C’est la fin d’une discrimination vieille de trente-deux ans. Au 1er janvier 2018, les infections par le VIH et par les virus des hépatites ne feront plus partie des maladies transmissibles pour lesquelles les soins funéraires sont interdits.

La publication au Journal officiel, jeudi 20 juillet, de l’arrêté signé le 12 juillet par la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, répond à une demande de longue date des associations de personnes touchées par ces maladies.

« Nous sommes bien évidemment ravis, résume Aurélien Beaucamp, président de AIDES. Cela fait des années que l’on nous faisait miroiter la levée de cette interdiction, de Xavier Bertrand au candidat François Hollande et à Marisol Touraine, qui l’avait incluse dans le projet de loi de modernisation du système de santé et dont les services ont préparé cet arrêté. Cela a été laborieux ce qui montre que la perception des personnes vivant avec le VIH n’a pas beaucoup changé : ce sont trop souvent encore des parias. »

Lors des débats sur le projet de loi de Marisol Touraine, en 2015, l’Assemblée nationale s’était montrée défavorable à la levée de l’interdiction. « Nous savions avant l’élection présidentielle que l’arrêté qui vient d’être publié allait sortir », confie Aurélien Beaucamp.

« Avancée historique »

Dans un communiqué commun, Actions Traitements, Act Up, AIDES, le Collectif Hépatites virales, la Fédération LGBT, Sidaction, Sida Info Service, SOS Hépatites, SOS Homophobie et le groupe de traval sur les traitements antirétroviraux TRT5 « saluent bien sûr cette avancée historique » mais soulignent que « sa lenteur nous laisse un goût amer. »

Ces associations rappellent les avis favorables à la levée de l’interdiction rendus par le Conseil national du sida (depuis 2009), le Défenseur des droits (2012), du Haut Conseil à la santé publique (2012) et de l’Inspection générale des affaires…



Source link

Laisser un commentaire