Les rebelles prorusses veulent créer un nouvel Etat pour remplacer l’Ukraine

0
37


Des rebelles pro-russes dans la ville de Debaltseve en Ukraine, le 27 février 2015.

Des rebelles pro-russes dans la ville de Debaltseve en Ukraine, le 27 février 2015. — Vasily Maximov AFP

Elles veulent rebaptiser le pays « Malorossia ». Les autorités séparatistes de l’Est de l’Ukraine, opposées au pouvoir de Kiev, ont annoncé mardi vouloir créer un nouvel Etat destiné à remplacer
l’Ukraine, qui aurait sa capitale dans les régions sous leur contrôle.

D’après le projet présenté par les rebelles prorusses, ce nouveau pays, qui n’a aucune chance de voir le jour, serait formé à la suite d’un référendum organisé dans toute l’Ukraine et s’appellerait « Malorossia » (Petite Russie), un terme qui désignait à l’époque tsariste des territoires correspondant en gros à l’Ukraine moderne.

La capitale serait Donetsk

Il engloberait l’Ukraine actuelle à l’exception de la Crimée, annexée en mars 2014 par la Russie, et sa capitale serait
Donetsk, l’un des bastions des séparatistes, tandis que Kiev n’aurait que le statut de « centre historique et culturel ».

>> A lire aussi : Une nouvelle flambée de violences entre rebelles prorusses et forces de Kiev

Une Constitution du futur Etat a été présentée mardi par le dirigeant de la « république » rebelle de Donetsk (DNR), Alexandre Zakhartchenko. Publiée par l’agence de presse des séparatistes, celle-ci assure que des représentants des républiques unilatéralement proclamées de Donetsk et de Lougansk ainsi que de 19 régions ukrainiennes sont tombés d’accord pour « annoncer l’instauration d’un nouvel Etat, qui sera l’héritier de l’Ukraine ».

Un « spectacle de foire »

Sur Twitter, le ministre ukrainien des Affaires étrangères Pavlo Klimkine a tourné en dérision ce « spectacle de foire (…) des marionnettes du Kremlin ».

L’Ukraine est en proie depuis plus de trois ans à un conflit opposant séparatistes prorusses et forces gouvernementales qui a fait plus de 10.000 morts.
Kiev et les Occidentaux accusent la Russie de soutenir financièrement et militairement les rebelles, ce que Moscou dément fermement.



Source link

Laisser un commentaire