L’Asie et l’Espagne découvrent, à leur tour, des ovoproduits contaminés au fipronil

0
54


Des oeufs ont été détruits dans une ferme de Nadrin, le 9 août 2017, face au scandale sanitaire de certains ovoproduits contaminés au fipronil.

Des oeufs ont été détruits dans une ferme de Nadrin, le 9 août 2017, face au scandale sanitaire de certains ovoproduits contaminés au fipronil. — AFP

  • Le 20 juillet dernier, les autorités belges ont informé la Commission européenne que des taux élevés de fipronil avaient été mis en évidence dans des œufs et des viandes de volailles.
  • Le friponil est un insecticide classé comme « moyennement toxique » par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
  • Près de 250.000 œufs contaminés ont été « mis sur le marché » en France depuis avril.

La crise des œufs contaminés dépasse désormais les frontières de l’Europe, avec des produits identifiés à Hong Kong selon la Commission européenne qui a convoqué les pays de
l’Union européenne concernés et leur demande d’arrêter de se rejeter mutuellement la faute.

«Nous devons travailler ensemble pour tirer les leçons nécessaires et avancer plutôt que perdre de l’énergie à désigner des coupables », a asséné vendredi le commissaire européen à la Santé Vytenis Andriukaitis, auprès de l’AFP.

>> A lire aussi : Scandale des œufs contaminés: Les quatre questions soulevées par cette crise sanitaire

L’Allemagne et la France -où quelques fermes sont bloquées- ont rejeté la faute sur la Belgique et les Pays-Bas. Dans ces deux pays, plus de 200 élevages de poules pondeuses ont été contaminés après la désinfection des lieux avec des produits contenant du fipronil, un insecticide dont l’usage est pourtant strictement interdit dans le secteur avicole. La Belgique a accusé les Pays-Bas d’avoir traité avec légèreté une information anonyme reçue en novembre 2016 sur l’utilisation de fipronil dans les élevages néerlandais.

Hong Kong « a indiqué avoir trouvé des œufs » néerlandais contaminés

Le scandale, apparu au grand jour la semaine dernière avec le retrait de millions d’œufs des supermarchés néerlandais et allemands, couvait en fait depuis plusieurs mois.
Paris a annoncé que près de 250.000 œufs contaminés au fipronil avaient été mis sur le marché français « depuis avril ». En Belgique, l’agence de sécurité alimentaire remonte jusqu’à janvier 2017 dans ses contrôles des élevages bloqués, selon Danny Coulier, patron de l’organisation représentant le secteur avicole.

Selon la Commission européenne, des œufs suspects ont été distribués -frais, cuits ou sous forme liquide- en Suisse, à Hong Kong, en France, en Suède, au Royaume-Uni, en Autriche, en Irlande, en Italie, au Luxembourg, en Pologne, en Roumanie, en Slovaquie, en Slovénie et au Danemark. Premier pays d’Asie concerné, Hong Kong « a indiqué avoir trouvé des œufs » néerlandais contaminés, a précisé l’exécutif européen. Hong Kong a déclaré ce samedi que les autorités locales renforçaient leurs contrôles.

>> A lire aussi : Oeufs contaminés: Une enquête lancée chez tous les fabricants français

Un 16e pays européen touché par la crise sanitaire

L’Espagne vient de découvrir des ovoproduits contaminés par l’insecticide fipronil dans une entreprise agroalimentaire du nord du pays, ont annoncé ce samedi les autorités espagnoles. Ces ovoproduits « n’avaient pas encore été utilisés » et ils seront tous détruits, a-t-il précisé. Les autorités ont indiqué ignorer l’origine du lot en question. Certains médias espagnols suggéraient toutefois qu’il avait été importé de France.

Cela porte à seize le nombre de pays européens affectés par la crise des œufs contaminés par le fipronil, qui a éclaté le 1er août et a également touché la Suisse et Hong Kong. L’utilisation du fipronil, considéré par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme « modérément toxique » pour l’homme, est interdite sur les animaux destinés à la chaîne alimentaire dans l’Union européenne.



Source link

Laisser un commentaire