La capitalisation boursière des grands groupes rebondit en 2017 (étude)

0
103



Paris – La capitalisation boursière des 100 plus grandes entreprises mondiales, un classement toujours dominé par les Etats-Unis, a progressé de 12% cette année, après avoir légèrement baissé en 2016, selon une étude publiée mercredi par PwC.

Les 100 plus grandes sociétés mondiales totalisent une capitalisation de 17.438 milliards de dollars au 31 mars 2017, contre 15.577 milliards à la même date en 2016 et 16.245 milliards de dollars en 2015, selon le cabinet d’audit PricewaterhouseCoopers (PwC). 

« Les sociétés sont de plus en plus grosses et la marche d’entrée dans ce top 100 devient donc de plus en plus haute« , avec un côté « mastodonte » qui va croissant, a commenté pour l’AFP Philippe Kubisa, associé spécialiste des marchés de capitaux chez PwC. 

Sans surprise, les entreprises américaines continuent à se tailler la part du lion dans ce palmarès: elles sont désormais au nombre de 55, contre 54 l’an passé, représentant 63% de la capitalisation boursière mondiale, contre 17% pour l’Europe et 12% pour la Chine et Hong Kong, poursuit l’étude.  

Elles occupent en outre toujours les dix premières places, le trio de tête étant formé par l’indétrônable Apple, qui s’adjuge cette position dominante pour la 6e année consécutive, devant Alphabet (ex-Google) et Microsoft. 

« L’hégémonie américaine gagne encore en termes d’entreprises, avec une hégémonie également des sociétés technologiques« , selon M. Kubisa. 

Pour la deuxième année consécutive, le secteur de la technologie tient en effet le haut du pavé avec 12 entreprises totalisant 3.582 milliards de dollars de capitalisation, devant le secteur de la finance (21 entreprises pour une capitalisation de 3.532 milliards de dollars). 

Les groupes américains (10.928 milliards de dollars de capitalisation boursière en 2017, en hausse de 13%) sont talonnés par la Chine et Hong Kong, en deuxième position avec 11 entreprises classées, et une part dans la capitalisation boursière mondiale qui a de nouveau augmenté en 2017 (de 14% à 2.025 milliards de dollars) après un repli l’année précédente. 

Le Royaume-Uni conserve sa troisième place avec 5 entreprises classées. 

Les entreprises européennes dans leur ensemble restent loin derrière les Etats-Unis avec 22 groupes, soit deux de moins qu’en 2016, pour une capitalisation boursière qui a légèrement augmenté, à 3.031 milliards de dollars. 

« L’Europe n’a toujours pas de nouveau grand acteur technologique, contrairement à l’Asie » où les chinois Tencent (11e) et Alibaba (12e) talonnent le top dix américain, poursuit M. Kubisa. 

Enfin la France, qui a gagné 2 places en 2017 en termes de capitalisation, repassant devant le Japon et l’Allemagne pour s’établir au cinquième rang derrière la Suisse, compte toujours les 4 mêmes sociétés classées. 

« Nous sommes maintenant au même niveau que l’Allemagne qui compte quatre entreprises également et nous ne sommes pas très loin de l’Angleterre qui n’en a plus que cinq après en avoir perdu deux. La France se maintient donc plutôt bien par rapport à ses autres partenaires européens« , a conclu l’associé. 

La première capitalisation boursière française du classement reste Total, à la 52e place mondiale, toujours suivi de Sanofi (57e), puis de LVMH (62e), dont la capitalisation a progressé de 29% depuis 2016, ce qui lui a permis de passer devant L’Oréal (67e). 

Laisser un commentaire