Italie. Le sauvetage public de deux banques pénalise les contribuables

0
14



Dimanche 25 juin, les autorités italiennes ont annoncé l’engagement de 17 milliards d’euros pour un plan de sauvetage de deux banques mutualistes de Venise, Banca Popolare di Vicenza et de Veneto Banca, au bord de la faillite et qui n’avaient trouvé aucun repreneur. Une décision prise avec l’approbation de la Commission européenne.

“Les toutes nouvelles règles européennes font eau de toutes parts dans le pays même de Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE). L’enseignement à en tirer est que les États riches se paient leurs sauvetages bancaires, s’ils le souhaitent. Désormais, il sera plus difficile de convaincre les Allemands de soutenir le fonds commun de résolution des banques. La joie des autorités européennes aura à peine duré quinze jours”, constate le journaliste espagnol, Íñigo de Barrón, dans le quotidien El País. De Barrón fait notamment le parallèle avec le cas de la banque espagnole, Banco Popular, qui a été réglé sans argent public.

Même si l’on pouvait regretter que les actionnaires et les titulaires d’obligations aient tout perdu, telle était la nouvelle règle du jeu : ce n’était plus aux contribuables de sauver les banques en Europe, mais bien aux actionnaires et aux investisseurs. Le risque bancaire était enfin dissocié de la capacité financière de l’État pour celui qui mettait l’établissement bancaire en faillite.”



Source link

Laisser un commentaire