Home le monde Inde. La justice ouvre la voie à l’interdiction du mariage des enfants

Inde. La justice ouvre la voie à l’interdiction du mariage des enfants

0
6


Publié le
Une mariée attendant son mariage, durant une cérémonie collective de mariages, à Ahmedabad, en Inde, le 26 janvier 2017. Photo : REUTERS / Amit Dave.

La Cour suprême indienne a décidé, mercredi 11 octobre, qu’un rapport sexuel avec une mineure, même mariée, était assimilable à un viol. Pour les plus de 18 ans, en revanche, la loi ne reconnaît toujours pas la notion de viol conjugal.

“Un pas dans la bonne direction”. C’est ainsi que le quotidien DNA a salué la décision de la Cour suprême indienne, mercredi 11 octobre, d’assimiler les rapports sexuels d’un homme avec son épouse à un viol conjugal lorsque celle-ci est mineure, “même si cette décision met en lumière l’incapacité honteuse de l’État à empêcher le mariage des enfants”. Voilà désormais les filles âgées de 15 ans – âge à partir duquel le mariage est autorisé – à 18 ans mieux “protégées”. Pour les femmes majeures, le problème reste entier et il faut “condamner le gouvernement” de Narendra Modi pour son inaction dans ce domaine, estime DNA.

“23 millions de mineures mariées”

Le pouvoir nationaliste hindou se refusait jusqu’alors à agir en faveur des mineures en invoquant “la sainteté du mariage des enfants”, fait remarquer The Times of India. “La tradition ne peut pas être une excuse”, lui a rétorqué la magistrature. Le journal salue la fin d’une “incongruité” du Code pénal indien et rappelle qu’en 1860 l’occupant britannique avait fixé “à 10 ans” l’âge à partir duquel le consentement de l’épouse n’était plus requis par le mari avant un rapport sexuel.

Il note également que la Cour suprême demande à l’exécutif de “proscrire” une bonne fois pour toutes le mariage des enfants, au nom de “la vie et la santé” des jeunes filles, dans un pays où l’on recense “23 millions de mineures mariées” et où “46 % des femmes âgées de 18 à 29 ans” déclarent avoir été mariées de force avant leur majorité.

The Hindu relève pour sa part que les associations de défense des droits des enfants “saluent la décision de la Cour suprême” tout en soulignant “le pessimisme qu’inspire l’immobilisme du gouvernement” sur ce grave sujet de société.



Source link

Laisser un commentaire

6ce362603725d684a14b7942c202af58MMMMMMMMMMMMMMMMMMMM