Il était une fois la 42e Rue

0
29

Ce paradis pour touristes était, dans les années 1970, un haut lieu de l’industrie du sexe à New York. « The Deuce », la série diffusée en France depuis le 11 septembre, ressuscite ce lupanar à ciel ouvert.

Du tournage de Taxi Driver, de Martin ­Scorsese, le scénariste du film, Paul ­Schrader, se souvient de l’année, 1975, et de la saison, l’été. Une période qu’il a toujours appréciée à New York. Sauf cette année-là. Une grève des éboueurs avait alors plongé la ville dans une atmosphère étrange en raison de l’odeur pestilentielle qui y régnait. Sans autre perspective pour l’équipe du film que de composer avec, le gouvernement fédéral ayant décidé de faire face à la grève et de ne céder à aucune revendication.

Le film se déroulait essentiellement sur la 8e Avenue, entre la 42e et la 52e Rue, à Manhattan. La 42e en particulier était un cauchemar. « Vous ressentiez une telle violence dans cette portion de la ville, à la hauteur de Times Square. Elle était palpable. C’était vraiment dangereux », raconte Paul Schrader.

Dans Taxi Driver, le quartier de la 42e Rue fait son irruption dans la séquence où Robert De Niro emmène son rendez-vous d’un soir au cinéma. Devant la salle du Lyric Theatre, on aperçoit des prostitués hommes et femmes, des travestis aussi. Une faune en phase avec la programmation du cinéma dont l’affiche est Sometime Sweet Susan, un film pornographique suédois, qui fait fuir la jeune femme.

Aujourd’hui, le Lyric Theatre propose un autre type de spectacles : récemment, Spiderman : Turn Off the Dark, la comédie musicale, avant de programmer, en 2018, Harry Potter et l’Enfant maudit, toujours version comédie musicale. Lorsque, dans Taxi Driver, Robert De Niro tente de calmer la colère de son invitée, horrifiée par ce qu’elle a découvert dans la salle, le spectateur aperçoit un autre cinéma porno, le New Amsterdam Theatre.

Ce dernier est désormais la propriété de Disney, qui y programme également une comédie musicale, Mary Poppins. En 1976, la 42e Rue était l’antichambre de l’Enfer. Au point…

Laisser un commentaire