Google+… ces 7 projets ont fait un bide total

0
7


Google est connu pour sa véritable galaxie de produits et de services et bien évidemment son moteur de recherche. La firme a su sortir son épingle du jeu en nous proposant de nombreux nouveaux outils innovants qui ont su développer de nouveaux usages. Toutefois, il y a eu également de nombreux gros bides et c’est sur les plus gros échecs que nous allons nous concentrer dans ce dossier.

google echec bide

La firme de Mountain View a connu beaucoup de succès et certainement autant d’échecs. Ses produits et services n’ont pas toujours fait l’unanimité. La plupart d’entre eux concernant uniquement des services web, toutefois la firme a également connu plusieurs revers dans le domaine du hardware.

Google+, Buzz : Google échoue dans les réseaux sociaux

Conçu pour s’intégrer à Gmail, Buzz permet de communiquer avec ses contacts via de courts messages, il est également possible de partager des photos ou des informations en passant par des services comme Picasa, Google Reader, Twitter par exemple. Ce fut l’une des premières tentatives du géant dans les réseaux sociaux.

Google Buzz

Et bien entendu ce fut un échec retentissant et la firme qui a lancé ce service en février 2010 y mettra fin l’année suivante en décembre 2011. Toutefois, le service ne manquera pas à ses quelques utilisateurs et l’américain en profitera pour lancer en grande pompe Google+.

google+ cercle

La firme de Mark Zuckerberg est le plus grand acteur dans ce domaine avec près de 2 milliards d’utilisateurs dans le monde sur Facebook. Google a un peu triché sur les chiffres concernant le succès de Google+ puisque chaque utilisateur des produits de la firme utilise un compte Gmail. La firme en a profité pour faire l’amalgame et s’autoproclamer deuxième plus gros réseau social au monde !

L’alternative de Facebook a sans doute piqué la curiosité de bon nombre d’utilisateurs au moment de son lancement. Les cercles promettaient une interaction différente avec ses contacts plutôt que les listes d’amis du réseau social de Mark Zuckerberg. Cependant, si au départ le service était relativement très utilisé, il ressemble plus à un véritable désert qu’autre chose actuellement.

Le réseau social Google+ fêtait d’ailleurs ses 6 ans d’existence récemment dans une indifférence générale. Certes, il existe des groupes relativement actifs sur le réseau social notamment dans le domaine de la photo ou encore des fans de Pokémon. Cependant, nous sommes à des années-lumière de l’attractivité de Facebook.

Pour conclure, nous appuyons nos propos en comparant des chiffres évocateurs. L’attractivité d’un réseau social ne se compte pas uniquement sur le nombre, mais également sur le temps passé sur le service. À ce petit jeu, le réseau social de Mark Zuckerberg gagne largement puisque les utilisateurs passent en moyenne 3 minutes par mois sur Google+ contre 6 heures sur Facebook d’après le WSJ.

Tout est dit ! Sauf si Google ne se décide sérieusement à donner un véritable second souffle à son réseau social, il paraît peu probable actuellement de voir ce dernier arriver à souffler sa dixième bougie.

Projet ARA : le smartphone modulaire

Ce fut sans doute l’un des projets les plus ambitieux lancés par Google ! L’idée de voir un smartphone modulaire était véritablement excitante et s’accompagnait de nombreuses promesses. Par exemple, pour commencer c’est bien plus écologique et on peut facilement améliorer ce dernier en le mettant à jour très simplement.

facebook smartphone modulaire ara

Imaginer un smartphone qui s’assemblerait un peu comme des Lego. Nous avons une sorte de coque munie d’un écran qui va ensuite accueillir les différents modules, comme un module pour la photo, la mémoire de stockage, la batterie, etc… Dans un premier temps, il était même prévu d’y changer le SoC, toutefois cela avait été jugé trop ambitieux et celui-ci fut intégré à la coque.

Nous avons pu suivre les diverses avancées de l’équipe tout au long de la conception du smartphone modulaire et lors de nombreux événements comme les Google I/O, la firme de Mountain View revenait souvent sur le projet.

Son arrêt brutal fut un véritable choc dans la sphère high-tech puisque nous attendions un prototype pour la rentrée 2016. Une déception pour pas mal de monde ! C’est sans doute l’un des chantiers les plus prometteurs auquel a tourné le dos la firme.

Néanmoins, tout n’est peut-être pas perdu puisque selon certaines récentes informations, le projet ARA pourrait renaître de ses cendres. Certains cadres du projet ARA ont rejoint Facebook et le dépôt récent d’un brevet suggère justement que la firme y travaille d’arrache-pied. Il y a donc un espoir de le voir débarquer un jour.

Google Glass : les lunettes connectés

Cela fait déjà quelques années maintenant que nous entendons parler des lunettes connectées du géant de la recherche. En effet, les Google Glass furent des dispositifs qui étonnent et piquent la curiosité de pas mal de personnes. Néanmoins, il semblerait que la firme éprouve un certain nombre de difficultés dans le développement.

google glass echec

Le concept est le suivant, proposer des lunettes connectées qui utilisent le principe de la réalité augmentée. À travers un petit écran présent sur le dispositif, il est possible de voir son environnement accompagné de diverses informations qui s’incrustent dans le champ de vision de l’utilisateur.

Les applications possibles sont potentiellement nombreuses et les développeurs prennent une part importante dans ce vaste chantier. Pendant longtemps Google n’avait plus donné signe de vie et nous pensions que le projet avait été mis aux oubliettes.

Toutefois, récemment la firme a décidé de sortir de son mutisme à l’égard de son projet et décide de ne se consacrer qu’aux professionnelles. À l’origine, le dispositif était aussi pensé pour le grand public. La firme peine sans doute à trouver de nouveaux usages afin d’attirer l’attention des particuliers à l’égard de son produit.

Hangouts et les autres…

Encore un domaine où la firme connaît de nombreux échecs et semble ne pas apprendre de ses erreurs. Alors que dans le domaine de la messagerie en ligne, WhatsApp ou encore Facebook Messenger domine largement, Google n’est jamais arrivé à véritablement percer et connaît de nombreux revers.

hangouts

On commence par le commencement avec Talk apparu en 2005, il était présent au sein de Gmail et une application. Cette implémentation au sein du webmail de la firme devait permettre de mettre en lumière son service de messagerie. De plus, Talk avait une petite originalité puisqu’il était possible de discuter avec des utilisateurs d’autres services reposant sur le protocole XMPP (Extensible Messaging and Presence Protocol).

C’est un protocole de communication ouvert reposant sur une architecture décentralisée. Plusieurs acteurs ont profité de ce protocole à un moment ou à un autre comme Facebook, Skype ou encore ICQ.

Ensuite, la firme a mis fin au service pour le remplacer par Hangouts qui met en avant messagerie instantanée et visioconférence. Le service a été lancé en 2013, il est disponible sur Gmail et Google+ sans oublier bien entendu les applications mobiles sous iOS et Android.

Toutefois, la firme ne s’arrête pas là et lance Google Allo sur un principe différent cette fois. Le service n’utilise pas d’adresses mail pour fonctionner et n’est disponible pour le moment que sur smartphone. La version web de Google Allo ne devrait à priori pas tarder d’après nos dernières informations à ce sujet, son développement accusant un certain retard.

Si le service a connu un certain succès au moment de sa sortie notamment parce que la présence d’Assistant devait attirer un certain nombre de petits curieux. La peur de le voir disparaître comme bon nombre de services chez le géant doit certainement freiner les ardeurs de bon nombre de personnes hésitantes à franchir le pas.

Sans oublier que les conversations ne sont enregistrées que sur le terminal et non sauvegardées en ligne.

Google Reader : pour les flux RSS

L’annonce de la fermeture de ce service avait provoqué une véritable levée de boucliers à l’époque. Nombreux étaient les utilisateurs qui renseignaient les flux RSS sur Reader de leurs sites préférés afin de pouvoir suivre confortablement l’actualité via le service en ligne de Google.

google reader

Il existait depuis le milieu des années 2000 et la firme a décidé de lui couper le sifflet en 2013. Après 8 ans d’existence, les utilisateurs ont dû se mettre en quête d’un remplaçant tout aussi efficace afin de pouvoir suivre correctement leurs actualités.

Il est vrai que le géant de la recherche avait quelque peu délaissé le service, il n’était tout simplement plus mis à jour et les internautes devaient mettre la main dans le cambouis pour pouvoir jouir correctement de celui-ci. Entre temps, de nouveaux acteurs s’étaient lancés dans l’aventure avec des propositions bien plus abouties et parmi eux, il y en a particulièrement un qui est sorti du lot.

Feedly s’est montré redoutablement efficace et a su capter l’attention des utilisateurs qui allaient se retrouver orphelins. Les utilisateurs de Readers n’avaient presque rien à faire pour migrer d’un service à l’autre puisque tout s’est passé de manière transparente en utilisant tout simplement le compte Gmail.

Google Wave : un service collaboratif

C’était censé être un outil collaboratif ultime pour les travailleurs. Malheureusement l’outil n’a pas réussi à séduire son public, la faute sans doute à une interface trop complexe. Il fallait en effet un certain temps d’adaptation pour prendre ses repères et les entreprises ont visiblement préféré bouder ce dernier.

google wave

Google Wave fut lancé en 2009 en grande pompe et fut arrêté totalement en 2012. Toutefois, le développement fut stoppé dès l’année 2010, la firme ayant déjà compris à ce moment-là que celui-ci serait un véritable échec.

Cependant, Google a repris pas mal d’idées pour les intégrer à Drive et ainsi améliorer ses services existants.

Projet Tango : la réalité augmenté en “mieux”

C’est une plateforme basée sur la réalité augmentée, c’est un projet qui a débuté en 2014. Le concept utilise les différents capteurs de nos terminaux afin de se repérer dans l’espace. Les usages sont multiples notamment dans le domaine de la cartographie 3D. La firme de Mountain View a d’ailleurs mis en ligne une vidéo où elle explique son concept.

Il faut avouer que lorsque l’on regarde celle-ci on a du mal à voir en quoi Tango arrive à se démarquer vis-à-vis de solutions plus classiques en matière de réalité augmentée. Le géant de la recherche a déjà commercialisé des terminaux en partenariat avec Lenovo, comme par exemple le Lenovo Phab2 Pro.

En réalité, Tango utilise des capteurs pour calculer la distance précise des objets qui nous entoure, la profondeur, la technologie et est même capable de reconnaître les éléments environnants. C’est en quelque sorte une réalité augmenté dopé aux stéroïdes.

On peut voir cela comme un échec puisque la technologie peine vraiment à se démocratiser et les développeurs ne semblent pas vouloir se ruer dessus. Il existe bien des projets reposant sur Tango mails il reste encore rare aujourd’hui, un musée a décidé de l’utiliser par exemple.

 

D’autres exemples ?

Il existe plein d’autres exemples que nous n’avons pas cité dans notre dossier. Quelle est votre plus grande déception ? Quels service ou produit aimeriez-vous voir revenir d’entre les morts ? N’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires.



Source link

Laisser un commentaire