États-Unis. L’équipe de Trump cherche à bloquer l’enquête du procureur spécial Mueller

0
31



Les avocats et les conseillers de Donald Trump cherchent à rassembler des éléments à charge sur l’équipe de Robert Mueller, qui mène les investigations sur “l’affaire russe”. Pour un chroniqueur du New Republic, l’Amérique pourrait être à la veille d’une crise d’autoritarisme présidentiel.

“Nous sommes au bord d’une crise d’autoritarisme”, s’alarme un chroniqueur du magazine de gauche The New Republic, réagissant aux dernières révélations du New York Times et du Washington Post. D’après les deux grands quotidiens, l’équipe du président Trump cherche par tous les moyens “à contrôler, [voire] à bloquer” (écrit le Washington Post) l’enquête du procureur spécial Robert Mueller. L’ancien patron du FBI mène les investigations sur l’ingérence russe supposée dans la présidentielle de 2016 et sur les soupçons de collusion avec l’entourage de Donald Trump.

L’entourage de Trump “enquête sur les enquêteurs”, titre The New York Times, en cherchant à réunir des éléments à charge sur l’équipe mise sur pied par Robert Mueller. Les conseillers du président “cherchent des conflits d’intérêt qu’ils pourraient utiliser pour discréditer l’enquête – ou même pour monter un dossier afin de limoger M. Mueller ou d’obliger certains membres de son équipe à se retirer”, affirme le journal.

Pour The New York Times, c’est le signe d’une “profonde inquiétude” dans l’entourage du président, qui craint de voir Robert Mueller monter “une enquête de grande envergure” en s’intéressant notamment aux finances de la famille Trump. Trump a d’ailleurs explicitement mis en garde le procureur spécial dans la grande interview qu’il a donnée mercredi 19 juillet au journal new-yorkais.

Pardon présidentiel

D’après une source du Washington Post, les avocats de Donald Trump se penchent sur l’autorité dont il disposerait pour accorder un pardon présidentiel à des membres de son équipe ou de sa famille – voire à lui-même – dans le cadre de cette affaire.

The New York Times met particulièrement en avant le risque de voir le locataire de la Maison-Blanche limoger Robert Mueller, comme il l’a fait pour l’ex-patron du FBI James Comey :

La situation de M. Trump est unique […] en raison des menaces publiques de son équipe, qui fait savoir que M. Mueller pourrait être débarqué à tout moment.”

Dans un tel cas de figure, s’inquiète le chroniqueur du New Republic cité plus haut, il n’est pas assuré que les républicains du Congrès ou les responsables du ministère de la Justice s’opposeraient au président. Un “point de non-retour” pourrait avoir été franchi pour le pays.

Gabriel Hassan



Source link

Laisser un commentaire