États-Unis. Fake news : Trump trouve une occasion rêvée de s’en prendre à CNN

0
10



La chaîne télévisée, cible favorite du président américain, a vu trois de ses journalistes démissionner après le retrait d’un article sur un proche de Donald Trump. Une aubaine pour le locataire de la Maison-Blanche, qui a fustigé sur Twitter les “fausses nouvelles” prétendument diffusées par CNN.

Le président Trump ne pouvait imaginer meilleure justification de son discours sur les “fake news”, ces fausses informations que propagent selon lui les médias “mainstream” – de grands journaux et chaînes de télévision comme The New York Times, The Washington Post et, tout particulièrement, CNN.

Lundi 26 juin, trois journalistes de haut rang ont démissionné de la chaîne après le retrait par celle-ci d’un article qui faisait état d’une connexion entre un proche de Donald Trump et un fonds souverain russe, censé faire l’objet d’une enquête du Sénat américain. CNN a retiré cet article de son site Internet en indiquant qu’il “ne répondait pas aux normes éditoriales” de la chaîne et en présentant ses excuses à l’intéressé, Anthony Scaramucci. D’après des informations diffusées par CNN elle-même, le retrait de ce contenu ne signifie pas forcément que les faits étaient faux mais que “l’article n’était pas assez solide pour être publié tel quel”, comme l’indique une source interne.

“Ouah, CNN a dû retirer un gros scoop sur la ‘Russie’. Trois employés contraints de démissionner. Et toutes les autres histoires bidon qu’ils sortent ? FAKE NEWS !”, a tweeté le président mardi matin.

Et le président d’ajouter : “Donc ils ont pris ‘Fake News CNN’ la main dans le sac, mais qu’en est-il des NBC, CNN et ABC ? Qu’en est-il du pathétique New York Times et du Washington Post ? Tous des tissus de fake news !”

CNN, le grand ennemi

Pour The New York Times,

cette réponse virulente rappelle le rôle singulier de CNN en tant que grand ennemi de M. Trump, qui accuse la chaîne d’avoir injustement tenté de le lier aux interférences russes dans l’élection de l’an dernier ; elle illustre les fortes tensions entre les médias et l’administration Trump.”

Une porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Huckabee Sanders, en a remis une couche mardi en critiquant “le déferlement constant de fausses nouvelles visant le président”. Elle a conseillé aux journalistes qui l’interrogeaient de regarder une vidéo censée montrer un producteur de CNN critiquant le traitement par la chaîne de l’affaire des liens entre l’entourage de Trump et la Russie.

Une vidéo douteuse

Le problème, comme le notent The Washington Post et le Los Angeles Times, c’est que la source de cette vidéo est elle-même particulièrement douteuse. Celle-ci a été diffusée par Project Veritas, une organisation conservatrice connue pour ses vidéos et ses enregistrements sélectifs visant à salir des organisations de gauche. Le journal de la capitale cite, ébahi, la porte-parole, qui met elle-même en doute sa propre source :

Il y a une vidéo qui circule – je ne sais pas si elle est fiable ou non – mais j’encourage tout le monde dans cette pièce et, franchement, dans tout le pays à y jeter un œil. Je pense que si elle est fiable, je crois que c’est une honte pour tous les médias.”

Gabriel Hassan



Source link

Laisser un commentaire