États-Unis. Donald Trump va-t-il se débarrasser de son ministre de la Justice ?

0
11



La rumeur enfle à Washington : sur fond de désaccord sur l’enquête russe, le locataire de la Maison-Blanche serait tenté de remplacer Jeff Sessions, à la tête du ministère de la Justice.

Le président Trump et ses conseillers “discutent en privé de la possibilité de remplacer Jeff Sessions”, à la tête du ministère de la Justice, révèle The Washington Post. Et les noms de ceux qui pourraient lui succéder “s’il venait à démissionner ou à être congédié commencent même à circuler”.

Ces derniers jours, “les griefs du locataire de la Maison-Blanche se sont encore accentués contre son ministre de la Justice”, poursuit le quotidien.

Désormais, “certains proches du président voient le remplacement de Jeff Sessions comme un pan d’une stratégie plus vaste visant à congédier le procureur spécial Robert Mueller [nommé en mai dernier] et à mettre fin à son enquête sur une potentielle coordination entre le Kremlin et l’équipe de campagne de Donald Trump” pour peser sur le résultat des élections de novembre 2016.

Disgrâce

Le Los Angeles Times rappelle, pour sa part, que les relations entre les deux hommes n’ont pas toujours été aussi mauvaises.

“Jeff Sessions a été le premier sénateur républicain à soutenir Donald Trump pendant la campagne électorale”, souligne le quotidien de Californie.

Qui plus est, le très conservateur sénateur de l’Alabama a exercé “une grande influence sur l’équipe de campagne de Trump”. Fervent opposant à l’immigration de masse, il a notamment “aidé à forger le programme anti-immigration de Trump”.

Mais le Los Angeles Times rappelle également que Jeff Sessions a, lui-même, “rencontré l’ex-ambassadeur russe à Washington, Sergueï Kislyak, alors qu’il était conseiller de campagne de Trump”, ce qui l’a amené à se récuser de l’enquête sur l’ingérence russe. Et ce qui a mené à la nomination, en mai dernier, du procureur spécial Robert Mueller.

Parmi les noms des potentiels successeurs de Jeff Sessions, “on retrouve celui de l’ex-maire de New York et ex-procureur fédéral Rudy Giuliani”, déjà pressenti après l’élection de Donald Trump pour occuper le poste de ministre de la Justice.

Bérangère Cagnat



Source link

Laisser un commentaire