États-Unis. Au G20, Trump et Poutine se sont rencontrés une deuxième fois

0
8



Au sommet de Hambourg, les présidents américain et russe ont eu un second tête-à-tête en marge d’un dîner officiel. Et ce, en présence du seul interprète du Kremlin.
 

La rencontre “historique” entre Vladimir Poutine et Donald Trump le 7 juillet à Hambourg, la première entre les deux chefs d’État, avait presque éclipsé le reste du sommet du G20. Et pour cause. Le président américain est fragilisé par les interrogations sur son entourage, soupçonné de collusion avec des responsables russes durant la campagne électorale. Plusieurs enquêtes ont été ouvertes, au Congrès américain et autour du procureur spécial Robert Mueller, sur l’ingérence russe présumée dans l’élection de 2016 et sur une éventuelle collusion avec l’équipe de Trump.

Alors, quand dans la nuit du mardi 18 juillet a été confirmée l’existence d’un deuxième tête-à-tête entre les deux hommes, jusqu’alors ignorée, les spéculations “sur leur relation”, écrit le New York Times, sont reparties de plus belle.

C’est Ian Bremmer, président de la société de conseil Eurasia Group, qui a révélé l’existence de ce long aparté, survenu le soir même de leur première rencontre, raconte le Washington Post. “À un moment au cours du dîner, Trump a quitté sa chaise pour s’asseoir juste à côté de Poutine. Trump était venu seul et Poutine n’était assisté que de son seul interprète officiel.” Les deux présidents se seraient parlé pendant près d’une heure.

La Maison-Blanche a tenté de minimiser la portée de cette conversation, affirmant dans un communiqué qu’il n’y avait pas eu de “seconde rencontre” mais simplement une discussion rapide à la fin du dîner, détaille le Washington Post. “L’insinuation selon laquelle la Maison-Blanche aurait cherché à ‘cacher’ cette rencontre est fausse, malintentionnée et absurde.”

“Fausse info”

Une position relayée à sa façon par Donald Trump lui-même sur Twitter : “La fausse info d’un dîner secret avec Poutine est ‘tordue’. Tous les dirigeants du G20 et leurs épouses étaient invités par la chancelière allemande. Les médias étaient au courant !” Et sept minutes plus tard, relaye Business Insider, le président en a remis une couche : “Les Fausses Infos deviennent de plus en plus malhonnêtes ! Même un dîner organisé en Allemagne pour les 20 plus hauts dirigeants est présenté comme diabolique !”

La première rencontre entre les présidents américain et russe à Hambourg, officielle cette fois, ne devait durer que 35 minutes, rappelle le Washington Post. Elle s’était finalement étendue sur deux heures et quart, signe que “le courant semblait être bien passé”. Les deux ministres des Affaires étrangères y étaient présents. Selon le secrétaire d’État Rex Tillerson, Donald Trump aurait demandé à deux reprises à son homologue russe si les conclusions des services de renseignement américains selon lesquelles la Russie s’était immiscée dans la campagne électorale américaine étaient justes. Vladimir Poutine aurait nié.

Mais à peu près au même moment, c’est le fils aîné du président qui était éclaboussé dans cette “affaire russe”. Donald Trump Junior a été contraint de reconnaître l’existence d’un échange de courriels au sein duquel il a accepté de rencontrer, en juin 2016, une avocate russe supposée lui offrir des informations compromettantes pour Hillary Clinton. L’ex-directeur de campagne de son père, Paul Manafort, et son beau-frère Jared Kushner étaient présents à cette rencontre.

Certains estiment que les trois hommes pourraient être poursuivis en vertu de la loi sur l’espionnage, explique le magazine Foreign Policy. Les médias américains redoublent en tout cas d’efforts pour savoir ce qui s’est passé ce jour-là dans la Trump Tower et qui était présent. Mardi 18 juillet, CNN a ainsi révélé l’identité d’un huitième participant, à savoir un Américain répondant au nom d’Ike Kaveladze, “vice-président d’une entreprise créée par l’oligarque russe qui a initié cette réunion”.



Source link

Laisser un commentaire