Espagne. Des écrivains et artistes catalans dénoncent le référendum d’indépendance



Alors qu’approche la date annoncée par le gouvernement catalan pour la convocation d’un référendum d’indépendance, prévu le 1er octobre et non autorisé par Madrid, le journal El País recueille le témoignage de plusieurs personnalités catalanes opposées à la consultation.

“Je ne voterai pas à des élections qui ne feraient pas appel à la majorité.” La phrase est signée Joan Manuel Serrat, un des auteurs-compositeurs les plus connus de la Catalogne, dans les colonnes d’El País. Pour l’écrivain Eduardo Mendoza, le référendum d’indépendance que le gouvernement régional souhaite convoquer le 1er octobre, en dépit de l’opposition de Madrid, est “un processus qui a déraillé”. Son collègue Juan Marsé, comme lui lauréat du prix littéraire Cervantes , considère la consultation “rigoureusement incompatible avec l’État de droit”. Ce sont trois des personnalités opposées au projet séparatiste interrogées ce lundi 24 juillet par le journal madrilène.

La semaine dernière, c’est la réalisatrice Isabelle Coixet qui défendait que “ne pas être indépendantiste ne veut pas dire être fasciste : cela veut simplement dire que nous ne considérons pas qu’être catalan et être espagnol sont deux concepts antagonistes”.

“Les gens ont peur de parler”, a assuré la même Coixet au journal britannique The Guardian du 23 juillet, quelques jours après sa tribune publiée dans El País :

Les gens me disent : ‘Merci de prendre la parole, parce que moi, j’ai trop peur.’ Je ne crois pas que le référendum soit le meilleur moyen de savoir ce qui se passe dans le pays. Regardez ce qui s’est passé avec le Brexit : je ne crois pas que les gens savaient vraiment ce pour quoi ils votaient. Ce que le gouvernement [catalan] dit, c’est que si 51 % des électeurs votent oui, OK on est indépendants.”

Le gouvernement catalan de Carles Puigdemont a effectivement annoncé son intention de convoquer un référendum d’indépendance, malgré l’opposition du gouvernement espagnol du conservateur Mariano Rajoy. Les modalités de la consultation ne prévoient aucun seuil de participation pour valider les résultats. En cas de victoire du oui, le Parlement régional devrait déclarer l’indépendance dans les quarante-huit heures qui suivent le vote.

Des soutiens internationaux en faveur du droit de vote

Comme s’il s’agissait d’une réponse à El País, qui publiait ces témoignages en une, le journal catalan – proche des séparatistes – El Punt Avui consacre à son tour sa une du 25 juillet aux personnalités internationales ayant signé le manifeste “Let the Catalans Vote”. La pétition appelle “le gouvernement espagnol et ses institutions et leurs équivalents catalans à travailler ensemble afin de permettre aux citoyens de Catalogne de voter leur avenir politique”.

Cette pétition, publiée pour la première fois en 2014, avait déjà reçu le soutien d’une cinquantaine de grands noms, parmi lesquels les Prix Nobel de la paix Rigoberta Menchú et Desmond Tutu, la militante Angela Davis, le réalisateur Ken Loach ou le journaliste Ignacio Ramonet. Ce 24 juillet, les promoteurs ont annoncé que de nouvelles personnalités avaient signé le texte depuis le mois de juin, comme l’artiste Yoko Ono, le chanteur Peter Gabriel et les footballeurs Eric Cantona et Hristo Stoichkov. Au total, six Prix Nobel font partie des signataires, rappelle El Punt Avui.

Le dernier sondage du Centre d’études d’opinion de Catalogne, publié le 21 juillet, indique que 49,4 % des Catalans s’opposeraient à l’indépendance, et 41,1 % y seraient favorables, explique le journal catalan La Vanguardia. En mars, ils étaient 48,5 % à être contre et 44,3 % pour. Lors de la consultation organisée en novembre 2014, jugée illégale par la justice espagnole, le oui l’avait emporté à plus de 80 %, mais seulement un tiers des Catalans avaient voté.



Source link

Catégorie

Laisser un commentaire

d95e872b8cda12c6e19d0a010201a0dbHHHHHHHHH