Des manifestants réclament une mobilisation internationale pour les Rohingyas

0
6


Des réfugiés Rohingyas marchent dans des champs de riz après avoir franchi la frontière avec le Bangladesh.

Des réfugiés Rohingyas marchent dans des champs de riz après avoir franchi la frontière avec le Bangladesh. — Bernat Armangue/AP/SIPA

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées samedi à Paris pour réclamer la fin des violences de l’armée birmane à l’encontre des musulmans rohingyas et l’intervention de la communauté internationale pour protéger cette minorité. Brandissant affiches et banderoles « Stop killing muslims in Burma » (Arrêtez de tuer les musulmans en Birmanie), entre 600 et 700 personnes – selon les organisateurs – se sont retrouvées sur l’esplanade du Trocadéro, au centre de la capitale, à l’appel de l’association Info Birmanie et du collectif HAMEB (Halte Au Massacre En Birmanie).

>> A lire aussi : Six questions pour mieux comprendre la tragédie des Rohingyas, victimes de nettoyage ethnique

Les pancartes des manifestants, parmi lesquels de nombreux membres de la diaspora Rohingya, sommaient l’ex-dissidente et prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi, aujourd’hui dirigeante du pays, de sortir de son silence ou la rebaptisaient « Prix Nobel du massacre et de la haine ».

L’ONU attendue

L’ONU a récemment dénoncé une « épuration ethnique » menée par la Birmanie, dont l’armée mène une vaste opération de représailles ayant fait fuir en masse plus de 400.000 civils au Bangladesh, après des attaques de rebelles rohingyas le 25 août. Une « déclaration » insuffisante, a estimé Nina Walch, chargée de campagne chez Amnesty international France, qui s’est associée à la manifestation.

« Il faut adopter une résolution forte qui condamne les violences, qui demande l’accès des observateurs et pose la question des livraisons d’armes à la Birmanie », a-t-elle déclaré, alors que l’Assemblée générale des Nations unies débute la semaine prochaine.

Un silence gêné et gênant

Quant à Aung San Suu Kyi, qui a annulé sa venue à cette Assemblée générale, « nous sommes très déçus
par son silence et son déni », a souligné Nina Walch. « Même si nous savons tous que sa marge de manœuvre est limitée, parce que c’est l’armée qui a le pouvoir dans le pays, elle a une forte responsabilité, un devoir moral et politique de se prononcer, de condamner ce qu’il se passe ».

Au pouvoir depuis avril 2016 après les premières élections libres depuis plus de 20 ans, Aung San Suu Kyi a promis de sortir de son silence mardi prochain lors d’un grand discours.



Source link

Laisser un commentaire