Cravate, col Mao et chemises à fleurs: les règles vestimentaires de l’Assemblée

0
10



Si l’hémicycle est régi par des traditions assez immuables, le règlement interne de l’Assemblée n’impose aucun protocole vestimentaire précis.

Constituée de nombreux primo-élus, la XVe législature de la Ve République peut enfin démarrer. Alors qu’ils font leur première entrée officielle dans l’hémicycle du Palais Bourbon, les fameux députés « novices » de La République en marche, du Front national ou de La France insoumise peuvent légitimement se demander s’ils seront obligés de porter une cravate. Officiellement le règlement intérieur de l’Assemblée ne stipule aucune tenue vestimentaire spécifique.  

DÉCRYPTAGE >> Comment répartir les 577 députés dans les commissions de l’Assemblée? 

Sauf que l’usage a toujours imposé la cravate dans l’hémicycle. Et lorsque certains ont tenté de contourner cet usage, le Bureau de l’Hôtel de Lassay a réaffirmé, lors d’une réunion du 9 juillet 2008, la nécessité d’arborer une cravate dans l’hémicycle. Les huissiers de l’Assemblée nationale prêtent même des cravates, en dernier ressort, à ceux qui l’auraient oubliée. Dans l’ensemble, depuis l’abandon du costume officiel en vigueur sous la IIIe République, le Palais-Bourbon exige « une tenue respectueuse des lieux ».  

Certains doivent imposer leur style

Ce terme exclut donc les accoutrements jugés fantaisistes. Là-dessus, le dernier mot revient aux huissiers qui, comme le rappelle FranceInfo, proscrivent les tenues « non-conventionnelles ». Cela vaut aussi bien pour les élus que pour les journalistes accrédités. En 1985, le ministre de la Culture Jack Lang a défié les règles en portant une veste à « col Mao » concoctée par le styliste Thierry Mugler. Une ruse qui n’a pas manqué de faire jaser les élus de l’opposition RPR. 

La question de la veste et de la cravate -qui force à serrer le col de sa chemise- se pose notamment dans les périodes de fortes chaleurs. En 1995, le député RPR Robert Pandraud y voyait même un « facteur d’absentéisme ». Quelques mois plus tard, le président de l’Assemblée de l’époque, Philippe Séguin, fait installer la climatisation. Ce que l’écologiste François de Rugy remet en cause à l’été 2008. D’où sa demande de pouvoir la baisser, tout en ôtant veste et cravate. Une requête refusée à l’époque, mais qui pourrait être remise sur la table si le député de Loire-Atlantique venait à s’installer au Perchoir ce mardi. 

Reste à savoir si les huissiers mettront le holà sur la chemise à fleurs et les sandales qu’arborait fièrement le député polynésien Moetai Brotherson, lors de sa première venue sur les lieux le 20 juin. 

S’agissant des femmes, les frontières de l’acceptable se meuvent au gré des époques. Il a fallu que Michèle Alliot-Marie pénètre les lieux en pantalon, de sa propre initiative en 1972, pour que cette pièce soit autorisée pour la gente féminine au Palais-Bourbon. Une histoire rapportée par la journaliste Christine Clerc dans son ouvrage, Histoire politique du pantalon.  

Quatre décennies plus tard, la robe à fleurs de la ministre du Logement Cécile Duflot avait fait sensation dans l’hémicycle, lui attirant les huées de certains députés de la droite.  

Pas de signes religieux?

Pour les signes religieux, la question semble toute aussi ouverte. Le règlement n’impose aucune restriction claire, malgré le caractère républicain de l’institution. Ce qui interroge, puisque la députée socialiste de Mayotte, Ramlati Ali, a posé avec son voile islamique pour la photo officielle. Une première qui ne pose aucun problème juridique, selon les services de l’Assemblée nationale.  

« L’interdiction du port de signes religieux est circonscrite aux fonctionnaires, pas aux députés », précise le Palais Bourbon. Contactée par L’Express, Ramlati Ali précise qu’elle n’a pas l’intention de porter le voile à l’Assemblée au cours de la législature: « La question ne se pose pas. Nous sommes dans un pays laïque. » Si elle a posé avec son voile pour la photo officielle, en ligne sur le site de l’Assemblée nationale, c’est parce que « c’était Ramadan », explique cette « musulmane pratiquante ». « La photo a été faite dans la cour de l’Assemblée », ajoute-t-elle, comme pour se justifier. En réalité, la photo a été réalisée dans un studio provisoire, installé dans un bureau de l’Hôtel de Lassay. 

Laisser un commentaire