Comment Apple, Samsung et Microsoft organisent l’obsolescence forcée

0
26



Greenpeace, associé au site de tutoriels de réparation iFixit (« je le répare »), publie un classement de 44 smartphones, tablettes et ordinateurs portables, des modèles les plus vendus ces deux dernières années. Ils sont analysés en fonction de quatre critères : la possibilité de remplacer la batterie, de remplacer l’écran, l’usage d’outils spécifiques, la disponibilité de pièces détachées.

Parmi les smartphones, seul le téléphone « équitable » Fairphone (réalisé par une entreprise néerlandaise) obtient 10 sur 10, tandis que les Galaxy 7 et Galaxy 7 Edge de Samsung sont en fin de liste avec 3/10.

Dans les tablettes, c’est le Surface Pro 5 de Microsoft qui obtient la pire note, 1/10 – seul l’Elite X2 1012 G1 de HP réussit quant à lui un 10/10 –, tandis que parmi les ordinateurs, Apple décroche le bonnet d’âne avec son Retina Macbook 2017 (le Latitude E5270 de Dell et l’Elitebook 840 G3 Notebook de HP ont 10/10).

Comment ces fabricants vedettes compliquent-ils la vie de leurs acheteurs – ou les obligent-ils à changer de produits plus souvent que nécessaire ? Greenpeace et iFixit relèvent cinq tactiques aussi fructueuses pour les ventes de ces marques que destructrices pour la planète :

1) Maintenance ou réparation délibérément difficile

Pourquoi simplifier la vie à l’utilisateur qui voudrait changer la mémoire ou mettre à niveau le disque dur ? En soudant des pièces, les réparations deviennent difficiles voire impossibles. « Certains des derniers smartphones de LG et Samsung, ainsi que les ordinateurs portables d’Apple, sont des exemples de ce genre de conception. »

Hors de ce classement, le dernier Surface de Microsoft a même été noté 0 sur 10 par iFixit : impossible de l’ouvrir sans le casser, avec ses soudures en plastique.

2) Des petites choses fragiles

Un smartphone est en bonne partie constitué de verre, et bien que les fabricants aient introduit des types de verre plus résistants au fil des ans, les écrans fissurés restent fréquents. La plupart des téléphones dernier cri sont construits avec une large façade en verre, relève l’étude, ce qui les rend plus vulnérables. Le tout récent S8 de Samsung, avec un écran étendu, a été appelé « le téléphone le plus fragile jamais créé », note Greenpeace.

3) Des batteries plus difficiles à remplacer

Le remplacement de millions de Galaxy Note 7 par Samsung aurait pu être évité si la conception du smartphone avait permis d’enlever facilement la batterie à problèmes, relève l’ONG.

 Les smartphones qui prennent feu en avion, parabole contemporaine

Mais près de 70% des appareils qu’elle a évalués ont des batteries impossibles ou difficiles à remplacer, à cause de leur installation et souvent d’adhésifs forts pour les fixer au boîtier. Le Galaxy S8 de Samsung et le MacBook Retina d’Apple ont ainsi des batteries fermement collées aux panneaux de l’appareil.

4) Des outils pour réparer difficiles à obtenir

Il est fréquent, lorsque la réparation est possible, qu’elle soit particulièrement laborieuse, notamment parce qu’il faut des outils spéciaux et non standardisés, pour utiliser des vis propriétaires (d’un format spécifique à la marque) ou d’autres éléments.
FOO

10 règles (simples) pour ne pas tuer des bébés phoques avec votre ordi

C’est le cas notamment de l’iPhone d’Apple, du R9m d’Apple et du P9 de Huawei, qui nécessitent des outils spéciaux. Dans le film « Steve Jobs » de Danny Boyle (2016), on voit le fondateur d’Apple soutenir mordicus que le matériel de son entreprise doit être verrouillé de A à Z, rigoureusement incompatible avec quoi que ce soit d’extérieur.

A un moment du film, alors qu’une présentation publique de nouveau modèle doit avoir lieu, il faut bricoler un appareil… et personne n’a d’outil pour cela, parce que pour empêcher l’ouverture de l’appareil, ses vis et autres éléments ne sont pas standards, et même les ingénieurs maison n’ont pas les tournevis adaptés, exceptés quelques accrédités.

5) Manuels et pièces de rechange peu disponibles

Très peu de fabricants donnent à leurs clients des informations sur la façon de réparer leurs produits. Sur les 17 marques dont les produits ont été étudiés, trois seulement – Dell, Fairphone et HP – fournissent toutes les pièces de rechange et les manuels de réparation.

La sanction de l' »obsolescence programmée », un signal aux industrielsComme le relève « le Monde », l’obsolescence programmée ne pèse pas seulement sur les dépenses du consommateur, mais aussi par la quantité de déchets électroniques qu’elle entraîne :

« Selon un rapport publié en 2015 par l’Université des Nations unies [en ligne là], Le poids de ceux-ci avait atteint le record de 41,8 millions de tonnes (dont 3 millions pour les seuls appareils high-tech) en 2014 et devrait se situer à 47,8 millions en 2017. ‘Tous ces appareils fabriqués par milliards on un impact énorme sur la planète parce que leur production nécessite énormément d’énergie, de ressources naturelles et de produits chimiques’, estime Robin Perkins qui a coordonné l’étude pour Greenpeace. »

De quoi stimuler les eurodéputés, qui le 3 juillet examineront une résolution « sur une durée de vie plus longue des produits », qui « invite la Commission [européenne] à promouvoir la réparabilité des produits » ?

Thierry Noisette



Source link

Laisser un commentaire