Cinéma. Christopher Nolan fait revivre “l’esprit de Dunkerque”



Dunkerque sort dans les salles françaises ce 19 juillet. Salué par la critique, le film de Christopher Nolan, tourné dans le nord de la France, raconte l’évacuation de 340 000 soldats alliés, en majorité britanniques, en 1940. Un événement resté gravé dans les mémoires outre-Manche.

Pendant une dizaine de jours, entre mai et juin 1940, une flotte de 800 bateaux est venue secourir 340 000 soldats britanniques, belges et français, encerclés par les forces allemandes sur les plages du nord de la France. “Le Premier ministre d’alors, Winston Churchill, avait décrit cette évacuation comme ‘une délivrance miraculeuse’, rappelle The Independent, avant d’ajouter : “Ce serait une tournure appropriée pour décrire ce que Nolan et son équipe ont réussi avec leur restitution.”

Le film de Christopher Nolan consacré à l’événement, en salles ce 19 juillet, “ne fournit aucun contexte politique, ne montre aucune famille inquiète à la maison, rapporte le quotidien britannique : il est entièrement centré sur la course lancée pour sauver les soldats, ce qui produit de la tension et des scènes de combat du début à la fin”. Résultat, selon The Independent, Dunkerque produit “un impact maximal” sur le spectateur.

L’évacuation de Dunkerque en 1940 est un événement si marquant pour les Britanniques qu’il en est resté une expression dans le langage courant : “Dunkirk spirit”, ou “l’esprit de Dunkerque”. “Cette expression est gravée dans la psychologie britannique et évoque le rassemblement de gens en périodes difficiles”, explique The New York Times. L’épisode est décrit comme “l’un des mythes les plus persistants de Grande-Bretagne” par The Guardian, qui le résume en une phrase : “La défaite est devenue le point de départ d’une éventuelle victoire.”

Joshua Levine, historien britannique, consultant sur le film de Christopher Nolan, insiste sur l’importance historique de cet événement dans The Sunday Times :

L’évacuation de Dunkerque n’est pas seulement une petite histoire britannique, l’anecdote survenue avant l’arrivée des Américains pour sauver la partie : au contraire, elle a eu un énorme impact international. Si le corps expéditionnaire britannique avait été détruit ou capturé à Dunkerque, la Grande-Bretagne aurait sûrement été contrainte de signer sa reddition avec Hitler. Elle serait alors devenue, comme Churchill avait prévenu son gouvernement, un État esclave. Et nous vivrions dans un monde bien différent aujourd’hui.”

Corentin Pennarguear



Source link

Catégorie

Laisser un commentaire

09a7fab89145a5b41e2d92582aec17cduuuuuuuuuuuuuu