Affaire Fañch, le lit d’Emmanuel Macron et l’attentat de Londres

0
23


Illustration d'un bébé qui dort.

Illustration d’un bébé qui dort. — Pixabay

Hey hey hey, c’est le week-end (et donc les derniers immanquables de la semaine)

via GIPHY

Un Londonien originaire du district de Sutton dans la capitale britannique a partagé sur Twitter d’impressionnantes photographies de ses blessures, à la suite de l’attentat dans le métro ce vendredi matin.
C’est à lire par ici.

>> A lire aussi : Ce que l’on sait de l’attaque dans le métro de la capitale britannique

Une petite polémique serpente depuis le passage mardi d’Emmanuel Macron à Saint-Martin, à la suite de l’ouragan Irma. Le président de la République aurait dormi sur un lit de camp et se serait lavé à l’aide d’un seau, pour faire « comme les habitants » de l’île, rapportaient RTL et Le Lab. « « Je vais faire comme les habitants ici… Il n’y a pas le choix… », avait-il lui-même indiqué en conférence de presse. Sauf que l’opération communication était trop grosse et a été fort mal accueilli, comme l’a écrit 20 Minutes dans la foulée.
On vous explique tout là.

Pour de nombreux parents, choisir le prénom de son enfant peut vite tourner au casse-tête tant le choix est large en France. Entre un prénom insolite, plus classique ou à la mode, pas facile en effet de se décider. Dans certains cas cependant, l’Etat peut refuser le choix des parents. Mercredi, le tribunal de grande instance de Quimper a ainsi refusé qu’un petit garçon né le 11 mai 2017 porte le prénom de Fãnch. Raison invoquée par la justice : le tilde, signe diacritique en forme de S couché utilisé notamment dans l’alphabet espagnol ou dans la langue bretonne, n’est « pas reconnu par la langue française ».
Les explications de 20 Minutes sont à retrouver ici.



Source link

Laisser un commentaire