A L’Opéra de Sydney, on va enfin pouvoir apprécier la musique

0
8

Fierté des Australiens, ce magnifique bâtiment attire les touristes du monde entier, mais il a un problème de taille : son acoustique exécrable. Plus pour longtemps car des travaux majeurs de rénovation sont en cours.

Le budget total des travaux de rénovation s’élève à 185 millions d’euros.

On pourrait être sur n’importe quel chantier. Les ballerines et les sopranos ont laissé place aux ouvriers en bottes, gilet fluo, casque. Les fauteuils des spectateurs ont été retirés. La scène n’a plus grand-chose d’une scène. L’Opéra de Sydney a entamé, en mai, ses plus importants travaux de rénovation depuis son ouverture, en 1973. Ils ont démarré dans le Joan Sutherland Theatre, réservé à la danse et à l’opéra. Sept mois pour changer toute la machinerie, donner un accès aux personnes à mobilité réduite, etc. Puis viendra le tour de la plus grande salle de l’Opéra, le Concert Hall, qui aura enfin en 2021 une acoustique digne de ce nom.

L’Opéra de Sydney est pour les Australiens un peu comme la tour Eiffel pour les Français : un symbole de leur pays, un motif de fierté. On a beau vivre dans la ville, on ne se lasse pas de l’admirer. C’est « une œuvre maîtresse de la créativité humaine, non seulement du xxe siècle, mais dans l’histoire de l’humanité », vante l’Unesco, qui a classé le monument au patrimoine mondial en 2007.

« Un couvercle sur l’orchestre »

Cependant, les problèmes d’acoustique – dans sa salle la plus emblématique, qui a accueilli les plus grands orchestres, chanteurs, groupes du monde – ne sont un secret pour personne. Ce sont les musiciens qui en parlent le mieux. Le Suisse Alexandre Oguey, membre de l’Orchestre symphonique de Sydney, se souvient bien de sa surprise, quand il a joué pour la première fois il y a vingt ans dans le Concert Hall.

« J’étais perdu, confie ce musicien, qui joue du cor anglais, c’est comme jouer à l’extérieur, comme si le son n’allait nulle part. Il y a aussi beaucoup d’écho, en particulier pour les percussions. Un trompettiste peut jouer fort et ne pas s’en rendre compte car le son ne revient pas vers lui. » Pour le public, c’est comme s’il y avait « un couvercle sur l’orchestre », poursuit-il.

En 2014, l’acteur américainJohn Malkovich, qui présentait…

Laisser un commentaire